Le loisir accessible
  Préambule
  Présentation
  Téléchargement
  Commande postale
  Commentaires
  Partenaires
  Conseil québécois du loisir
  Conseil québécois du loisir
4545, av. Pierre-De Coubertin
C.P. 1000, Succ. M
Montréal, Québec
H1V 3R2
Tél.: 514 252-3132
Téléc.: 514 252.30.24
infocql@loisirquebec.com

 

Ces outils sont le résultat de travaux réalisés en partenariat au sein du
Chantier d’activités partenariales Loisir et tourisme social de
l’ALLIANCE DE RECHERCHE UNIVERSITÉS-COMMUNAUTÉS
EN ÉCONOMIE SOCIALE
(ARUC-ÉS)
Université du Québec à Montréal
C.P. 8888, Succ. Centre-Ville
Montréal (Québec) H3C 3P8
Tél. : 514 987-3000, poste 2574
Téléc. : 514 987-6913
aruc-es@uqam.ca

 

 

PRÉSENTATION

La diffusion du présent ouvrage vise à encourager l’analyse de l’offre de services en loisir public ou associatif dans tout autre secteur de services, en regard de leur accessibilité pour l’ensemble des citoyens.

Cette analyse permet d’éclairer la prise de décision des partenaires d’un milieu ou d’un territoire relativement aux divers modes d’intervention que sont leurs politiques, la gestion, l’animation, la tarification et la communication. Ces décisions viseront, à leur tour, à rendre le loisir plus accessible en regard des différents objets de l’accessibilité soit la situation géographique, les services offerts, l’information diffusée, les activités programmées ou les équipements et aménagements offerts.

Le Conseil québécois du loisir et l’Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale (ARUCÉS), incluant toute une équipe de chercheurs et de partenaires du milieu, ont collaboré à la production du présent ouvrage. Celui-ci réunit :

  • un outil d’animation pour l’analyse de l’accessibilité au loisir – milieu municipal;
  • l’accessibilité au loisir mesurée par la lorgnette des Centres communautaires de loisir
  • le cadre de référence pour l’analyse de l’accessibilité au loisir.

Le premier document a été développé dans la foulée du 4e Forum québécois du loisir, en 2005, consacré au thème de l’accessibilité au loisir. Le cadre de référence pour l’analyse de l’accessibilité au loisir est, quant à lui, l’outil de travail qui a été initialement élaboré pour animer les échanges lors du Forum. À cette occasion, le comité organisateur trouvait en effet judicieux d’amorcer une réflexion collective sur la question du droit au loisir à l’approche de la 10e édition du Congrès mondial du loisir qui aura lieu à Québec, en octobre 2008.

Le Conseil québécois du loisir et ses partenaires ont donc proposé aux quelques 600 participants – travailleurs, bénévoles, chercheurs, étudiants et décideurs publics – d’actualiser et de développer une compréhension commune de la notion de droit au loisir en regard de son accessibilité, et ce, afin de les amener à poser des actions concrètes en faveur d’un loisir réellement accessible à tous. À partir d’un projet de grille d’analyse de l’accessibilité (désigné dorénavant cadre de référence) dont la définition intègre les multiples facettes du concept d’accessibilité, le Forum a invité les participants à échanger en atelier. Ces échanges visaient à identifier des enjeux relatifs à l’accessibilité pour une clientèle ou un secteur d’activité particulier et amener les participants à prendre en compte, dans leurs planifications et leurs décisions, davantage de composantes favorisant l’exercice du droit au loisir.

Dans un deuxième temps, le comité organisateur du Forum souhaitait que la réflexion continue à cheminer et entraîne des applications adaptées à différents types de milieux du loisir. Ce souhait s’est réalisé d’une part dans une application territoriale par le milieu municipal du loisir en Montérégie, soutenu par Loisir et Sport Montérégie, qui a entrepris de développer un outil d’animation propre à son environnement. D’autre part, la chercheure Lucie Fréchette, de l’Université du Québec en Outaouais, avec la Fédération québécoise des centres communautaires de loisir, a utilisé la grille afin de mesurer l’accessibilité au loisir dans les centres communautaires de loisir.

Bien que la notion d’accessibilité se pose ici en regard du loisir, elle se pose également à l’égard d’autres secteurs de services offerts aux personnes. Ainsi, notre démarche pourrait donner lieu à d’autres outils adaptés à d’autres milieux tels l’habitat communautaire, les services de santé, etc.

Toute organisation qui développerait à partir de cet outil sa propre application, est invitée à communiquer avec nous. Nous souhaitons en effet promouvoir toutes les initiatives découlant de la démarche initiale en l’incluant, le cas échéant, au présent ouvrage. Enfin, nous leur saurions gré de citer notre ouvrage comme source.